AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion
Août 2018
LunMarMerJeuVenSamDim
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  
CalendrierCalendrier
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
» Bonne année 2015
Jeu 15 Jan - 0:15 par Nargal

» [Black Metal] Behemoth - The Satanist
Ven 12 Déc - 21:23 par Ašar

» tout s'explique !
Mar 11 Nov - 22:40 par Ašar

» Soirée sonic
Mar 21 Oct - 23:45 par Haymi

» Le jeux intelligent où faut refléchir (gné?)
Lun 6 Oct - 11:19 par Haymi

» Comment j'imagine les têtes des membres d'odyn !
Sam 27 Sep - 20:37 par Ašar

» [TDK] "mandine"
Ven 12 Sep - 18:45 par mandine

» [TDK] Egill
Ven 12 Sep - 11:17 par Saxegaard

» [TDK] Kyubi
Ven 12 Sep - 9:23 par Ašar


Partagez | 
 

 Episode 0 - Prologue

Aller en bas 
AuteurMessage
Ašar

avatar

Messages : 1294
Date d'inscription : 24/02/2010
Age : 40
Localisation : Salon de Provence

MessageSujet: Episode 0 - Prologue   Mar 15 Jan - 19:48

Episode 0 - Prologue

Samedi 8 septembre 2012, 15:34

----- MJ -----
Une belle matinée ensoleillée avait redonné du courage aux deux aventuriers intrépides à la recherche de la « fameuse » grotte écarlate.

C’était Rhanel Shrewd, explorateur et archéologue qui avait découvert un ancien parchemin dans des ruines cathares qui parlait de cette grotte. Rhanel n’avait eu aucun mal à traduire celui-ci et après des semaines de recherches topographiques, il pensait avoir trouvé sa localisation à quelques kilomètres près. Le parchemin était abîmé et certain passages étaient illisibles, notamment concernant les renseignements sur la fonction et le contenu de cette grotte.

Rhanel avait décidé d’amener avec lui, sous l’insistance de ceux-ci, ses deux apprentis Alexandre et Michel. Deux jeunes passionnés d’archéologie qui avaient la fougue de leur age, et une soif d’apprendre incommensurable. Les deux apprentis avaient rejoint directement le site indiqué par Rhanel qui avait eu un contretemps technique qui l’empêchait d’être sur place au début de l’expédition, soit aux alentours de 8:00. Il les appela sur leur mobile pour les avertir qu’il serait en retard. Mais ses apprentis étaient tellement impatients de commencer les recherches que Rhanel n’eu pas le cœur de leur refuser de commencer sans lui. Celui-ci leur ordonna d’être prudents et de l’attendre lorsqu’ils auraient trouvé la grotte en question.

Après des heures de recherches infructueuses et d’espoirs déçus, les deux aventuriers tombèrent sur une grotte qui correspondait à la description de Rhanel.


- C’est ici ! j’en suis sûr ! Allons-y Michel, s’écria l’explorateur en regardant en direction de l’ouverture béante de la grotte.

- Rhanel nous a dit de l’attendre dit Michel en se grattant la tête. Il va être furieux si on entre.

- Mais non ! On rentre deux minutes pour jeter un œil et on ressort. Aller Michou ! fais pas ta gonzesse ! Ca fait des heures qu’on tourne en rond pour la trouver, c’est juste pour voir si c’est la bonne cette fois ci.

- Je t’ai déjà dit de pas m’appeler Michou ! Michel pousse un profond soupir. Bon, d’accord ! d’accord Alex, on jette juste un œil et on ressort tout de suite. Si Rhanel apprend qu’on l’a pas attendu il va nous passer un de ces savons.



Samedi 8 septembre 2012, 17:31

Après un passage chez le garagiste, la voiture de Rhanel fut plus coopérative et il put enfin se rendre au lieu du rendez-vous fixé avec ses apprentis. Il avait perdu sa journée à attendre que le gros garagiste veuille bien s’occuper de sa panne, ce qui avait particulièrement énervé l’archéologue.

Il appela à plusieurs reprises ses apprentis mais le réseau téléphonique était relativement aléatoire dans cette région. Il se servit donc de sa balise GPS pour localiser ses deux protégés et arriva devant la grotte.



____________________________________________


Dernière édition par Ašar le Sam 19 Jan - 19:52, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Rhanel

avatar

Messages : 696
Date d'inscription : 23/03/2011
Age : 35

MessageSujet: Re: Episode 0 - Prologue   Mar 15 Jan - 20:05

----- Rhanel -----
Je regarde autour de moi a la recherche d'Alexandre et Michel, mais ne vis aucun d'eux. Il ne m'a pas fallut longtemps pour comprendre que ces deux la, de part leurs curiosité, avaient décidés de commencer la découverte sans moi.
Je ne peux pas leurs reprocher ce dont je leurs ai enseigné.

Je jette un coup d'oeil a l’intérieur de la grotte, mais je ne vis que le noir, malgré la lumière qui m'entourait.
J’étais excité d'avoir découvert cet endroit après tant de recherche, il me fallait savoir.
J'entre dans la grotte.


----- MJ -----
Rhanel entra dans une pièce qui avait l'air relativement grande, mais il n'était sûr de rien car la faible luminosité ne lui permettait pas de voir bien loin. Il y avait comme un faible bruit, comme un murmure, mais impossible de détecter avec précision la source de ce bruit avec cette obscurité.


----- Rhanel -----
Je sortis mon briquet, un Zippo 1940 qui appartenait au sergent-chef Bert Ayers. Un cadeau qui m'a été offert par mon père. Alexandre s’étonne encore que le briquet ait pu fonctionner jusqu'à présent.

La lumière n’était pas assez forte, mais assez pour que j’aperçoive que la pièce était aussi vide que mon frigo aujourd'hui.
Je perçois tout de même une autre entrée, un peu plus loin. J'avance avec prudence. Le murmure que j'ai entendu n’était pas mon imagination. Alexandre et Michel n'ont pas l'habitude de plaisanter la dessus.


----- MJ -----
Rhanel s’avança au niveau de l'ouverture. La faible lumière de son briquet illuminait une sorte de long couloir dont les murs étaient couverts de symboles cathares rouges. Un courant d'air glacial soufflait sur son visage et transportait une odeur épouvantable et indéfinissable. Quelque chose par terre était visible de là ou il était et ressemblait étrangement à une gourde ouverte.


----- Rhanel -----
Mais c'est quoi cette odeur. Je ramasse la gourde, et un liquide en coula sur mes doigts. J'approche légèrement la gourde a mon nez. Un froid glacial me parcourt le dos. Je jette la gourde au sol, je suis effrayé.
- C'est du sang ! Dis-je a voix haute sans prêter attention au bruit que j'ai pu faire.


----- MJ -----
Un son à glacer le sang, comme un sifflement lointain, répondit à l’affirmation de l'archéologue. C'était effectivement du sang qui était sur la gourde. Au bout du tunnel quelque chose rampait sur le sol en direction de Rhanel. L'individu leva la tête, il s'agissait bel et bien d'Alexandre qui grommela un juron en apercevant Rhanel.

- Rhanel, putain de merde, aidez moi...

Le corps du jeune homme se déplaçait lamentablement vers l'archéologue et il découvrit que les vêtements d'Alexandre étaient maculés de sang.


----- Rhanel -----
- Alexandre, que faites-vous ?

Je dois absolument faire quelque chose. Il n'est clairement pas dans son etat normal. Mais que lui arrive-t-il ?

- Ou est Michel ? Qu'avez-vous decouv...


----- MJ -----
- Mais je sais pas merde !

Le jeune homme était pris d'une grande panique et avait le souffle haletant. Il ne cessait de jeter des regards terrorisés derrière lui et avançait à grand peine.
Arrivé à quelque mètres de Rhanel, la lumière du briquet dévoilait l'état alarmant d'Alexandre. Ses vêtements étaient déchirés à de multiples endroits et tachés de sang. Sa jambe droite faisait un angle impossible de quatre-vingt dix degrés vers l'extérieur et le jeune aventurier transpirait à grosses gouttes et souffrait énormément.


- Aidez moi, Putain ! on doit se barrer vite fait !

La fin de sa phrase fût ponctuée du même sifflement sinistre qu'auparavant mais semblait dangereusement proche cette fois-ci.

{Action = 1}



----- Rhanel -----
Les parchemins que j'avais trouvé dans les ruines en parlaient. Je commençais à comprendre, mais il me fallait choisir.
C'est à l'Université Lumière, à Lyon, que j'ai rencontré pour la première fois Alexandre Maris. Un brillant étudiant, et excellent assistant. Il a proposé de travailler pour moi et a insisté pour qu'aucun salaire ne lui soit versé de ma part, en échange de mon apprentissage.
Devant moi Alexandre n'était plus le même, je le savais. C'est pourquoi j'ai insisté à ce qu'ils restent dehors. Qu'ils m'attendent.
- Alexandre, mon enfant, vous allez rester ici, pas longtemps. Je vais chercher de l'aide, je reviens le plus rapidement vous aider, et ensuite nous irons chercher Michel.
Je mentais. Je savais qu'il était trop tard, mais je devais absolument faire quelque chose. Son regard était effrayant.
Je me retourne pour prendre la fuite, je dois sortir d'ici...


----- MJ -----
Alexandre regarda Rhanel avec des yeux remplis d’effroi. Il bavait et pleurait en tendant désespérément le bras vers son mentor qui s'éloignait à grande enjambées vers la sortie.

- Rhanel ! Non ! revenez !! Rhaneeeeeeeeeel !

L'archéologue atteignit la sortie de la grotte sans encombres et, même de là, il pouvait encore entendre les supplications d'Alexandre.

- Soyez Maudit Rhanel !!!! AAAhhhhhhhhhhh !!

Un épouvantable bruit guttural, entre un sifflement immonde et un cris d'enfant, perça les oreilles de l'archéologue. Ce son ébranla Rhanel et il n'osait même pas imaginer de qui, ou de quoi, celui-ci pouvait provenir. Tremblant comme une feuille, il ne put s’empêcher de regarder une dernière fois à l'intérieur de la grotte, les yeux écarquillés de terreur.

Un second cri strident beaucoup plus puissant fit sursauter Rhanel. Par le faible rayon de lumière qui pénétrait dans la grotte, il vit des pieds d'une blancheur cadavérique s'avancer maladroitement vers lui.

{action = 1}



----- Rhanel -----
Ce que je vis me coupa le souffle. De la sueur coulait dans mon cou. Le vent s'arrête, plus aucun bruit ne parcours mes oreilles, hormis celui venant de la grotte.
- Mais c'est quoi cette merde ? Dis-je à haute voix sans me rendre compte que je suis resté un long moment à observer cette "chose" qui s'approche de moi.
Je sortis mon téléphone portable de la poche. Il me fallait de l'aide, n'importe qui...
- Plus de batterie ? Mais je l'ai chargé ce matin.
Je n'ai plus d'autre choix que de courir trouver quelqu'un.


----- MJ -----
Rhanel se rappela approximativement où il avait garé sa voiture et courut comme un dératé dans sa direction. Heureusement, celle-ci était garée non loin de la grotte qui, elle même, était non loin d'une route de montagne oubliée de tous. Rhanel remerciait intérieurement son GPS qui l'avait amené si près de cette dernière. Dans la précipitation, l'archéologue avait trébuché à de multiples reprises sur le sol et c'est couvert de boue et de terre qu'il arriva devant son vieux 4x4.
Fouillant frénétiquement dans ses poches pour trouver les clés de sa voiture, il les trouva rapidement et s'engouffra à l'intérieur. Les mains tremblantes, il glissa sa clé de contact pour démarrer son véhicule mais, dans la précipitation, il fit tomber son trousseau sous l'habitacle. Il jura et se plia en deux pour ramarrer son trousseau et au bout de quelques secondes ses doigts rencontrèrent l’objet tant convoité.
Il se releva et observa les environs. Il avait l'impression de voir des ombres partout et la voix d'Alexandre résonnait encore dans sa tête. Il soupira profondément pour essayer de se calmer mais ses mains continuaient de trembler.
Rhanel était couvert de sueur mélangé à de la terre. Il tenta de s'essuyer d'un revers de manche mais le résultat fut pire qu'avant. Il mit la clé dans le contact et sa voiture démarra. Une voix métallique le fit sursauter :


- Bonjour, veuillez choisir votre destination


----- Rhanel -----
J'attends que ce foutu logo TomTom disparaisse.
- Allez, allez...
En manipulant rapidement le GPS, je fais en sorte qu'il m'affiche la liste de tout ce qui se trouve autour de moi, commerce, mairie... Il me faut une aide, je dois revenir ici, et voir de plus près ce qui se passe.
- il n'y a pas grand chose dans ce coin, voyons voir.




- Mouthoumet ? C'est parti.
Revenir en haut Aller en bas
Ašar

avatar

Messages : 1294
Date d'inscription : 24/02/2010
Age : 40
Localisation : Salon de Provence

MessageSujet: Re: Episode 0 - Prologue   Ven 18 Jan - 17:03

Samedi 8 septembre 2012, 18:06

----- MJ -----
Le soleil se couchait lentement derrière les montagnes lointaines. Le ciel offrait un magnifique dégradé de couleur tirant du rouge foncé au jaune brillant. Un petit brise fraîche se levait... En cette période de l'année, l'air commençait déjà à se rafraîchir dans cette région.

Rhanel suivi le petit chemin de terre qui menait au petit village de Mouthoumet. La route était dans un état pitoyable, même pour un chemin de terre. Le 4x4 de l'archéologue était néanmoins habitué à rouler sur des routes bien pire, il put sans difficulté franchir les bosses et les trous de ce chemin non entretenu depuis des années.

A la sortie d'un virage, Rhanel arriva à une intersection qui coupait la route principale :

L'archéologue tourna la tête à gauche Rhanel. Il vit une sortie de virage qui avait un angle assez abrupt, somme toute assez dangereux car il n'y avait pas de visibilité. Un panneau montrant la direction de cette voie indiquait "Albières 7 km" et juste en dessous "Arques 17 km"

Il regarda ensuite en face où un petit chemin montait en direction des habitations du village. Un panneau "Centre Ville" et "Mairie" était planté juste à gauche du départ du chemin.

Puis il scruta à droite. Un grand panneau indiquait "Laroque-de-Fa 3 km", juste en dessous de celui-ci quatre panneaux plus petits "Ecole", "Gendarmerie", "chapelle Sainte Anne" et "Centre de secours"



____________________________________________


Dernière édition par Ašar le Sam 19 Jan - 19:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Rhanel

avatar

Messages : 696
Date d'inscription : 23/03/2011
Age : 35

MessageSujet: Re: Episode 0 - Prologue   Sam 19 Jan - 17:00

----- Rhanel -----
- Chapelle Sainte Anne ! Excellent ! Ce qui se passe en ce moment n'est pas un hasard. Quelque chose a du l’éveiller. C’était écrit dans les parchemins que j'ai trouve, mais quoi ? Dis-je en tournant a droite.
Une chose est sure, c'est quelque chose de religieux !


----- MJ -----
Le véhicule de l'archéologue avança lentement et s’engagea sur la route de droite. A ce moment précis il perçut du coin de l'oeil dans son rétroviseur un mouvement et entendit le bruit d'un véhicule roulant à vive allure. Une voiture bleue lui fonçait dessus et il entendit celle-ci piler. Rhanel n'eu le temps que de s’agripper à son volant et ressentit de plein fouet le choc venant de l'arrière.

Sonné durant quelques secondes, Rhanel souleva péniblement la tête de son volant. L'aventurier sentit une douleur lancinante au niveau du front et passa sa main dessus pour la retrouver pleine de sang.
Il n'aurait pas pu dire avec précision ce qu'il lui était arrivé, mais il supposait que la violence du choc l'avait projeté sur tableau de bord. Il regretta pendant quelques secondes de ne jamais avoir voulu changer son vieux 4x4 pour un modèle plus récent... Au moins il y aurait eu un airbag de fonctionnel.

Brusquement, quelque chose tapa sur la vitre et la porte du coté conducteur s'ouvrit. L'explorateur fut rassuré de voir un grand homme noir d'une trentaine d'année en tenue de gendarme lui prêter assistance. Celui ci l'aida à se tenir debout devant son véhicule et l'examina rapidement.


- Monsieur ! Sortez doucement du véhicule. Comment vous sentez vous Monsieur ? Vous n'avez rien ?

Le gendarme sortit un mouchoir propre de sa poche et le tendit à Rhanel pour l'appliquer sur la blessure. Après un bref examen, il estima que sa blessure au front était superficielle. Il s’éloigna de quelques pas et le regarda de la tête au pied sans rien trouver d'autres blessures. Le gendarme souleva un sourcil en voyant Rhanel couvert de boue mais ne posa pas plus de question. Il se détendit un peu et soupira lorsqu'il vit qu'il reprenait ses esprits rapidement.

- Je me présente, gendarme Henri Durant de la gendarmerie de Mouthoumet. Pfiou ! et bien, vous n'avez rien de cassé. Vous vous en sortez bien vous savez. Il regarda sa voiture de fonction qui avait tout l'avant d'enfoncé de manière dramatique. On peut pas en dire autant de la voiture. Enfin, l'essentiel c'est qu'il n'y ai pas de blessé grave.

Il se dirigea vers sa voiture accidentée et constata l’énorme flaque d'huile au niveau du moteur.

- Bordel, c'est bien ma veine, la voiture est morte. Il sortit son mobile de sa poche et fit une grimace en apercevant l'énorme fissure qui barrait l’écran dans toute sa diagonale. Super... Vivement que cette journée de merde se termine

Ce fût une journée épouvantable pour le gendarme. Entre son binôme qui était malade et n'avait pas pu être remplacé au pied levé à cause du sous effectif de leur brigade, la radio pour communiquer avec le central qui était encore en panne, une fille interpellée pour vol qu'il devait amener au poste, ce qu'il faisait au moment de l'accident... Son téléphone qu'il avait acheté il y a quelques jours qui était foutu et maintenant ce stupide accident pratiquement devant la brigade... Le jeune homme était d'un naturel calme et posé mais sa tension avait fortement augmentée avec cette succession d’évènements.

- Bon, restons zen Henri... Procédons par étape, d'abord amener la fille au poste. Ensuite conduire le blessé au centre de secours. Pour finir, prévenir notre mécano Tsel pour qu'il vienne enlever la voiture au plus vite... C'est parti !

Il ouvrit la porte arrière du véhicule de gendarmerie pour faire sortir la petite voleuse et lui passa les menottes pour la dissuader de tenter quelque chose de stupide. C'était un beau brin de jeune femme, de belles formes et un joli petit minois, rien ne laissait présager que c'était une délinquante. Ils s'approchèrent ensemble de l'archéologue.

- Monsieur, je réquisitionne votre véhicule. Le poste est à cinq minute en voiture, j'imagine que vous ne voulez pas faire le trajet à pied...


----- Rhanel -----
- Je n'ai pas trop le choix. J’espère que la réparation vous allez la faire Monsieur le gendarme. Dis-je d'une voix neutre, sans montrer mon mécontentement de la situation.


----- Frey -----
L'accident m'avait un peu sonné, le choc était tel que je m'étais mordu la langue jusqu'au sang, je sentais dans ma bouche son goût métallique.
Le temps que la flicaille aille aux nouvelles, mon cerveau moulinait, comment faire pour me sortir de ce pétrin ? J'entendis le poulet parler du centre de secours et soudain me vint une idée.
Il me sorti de la voiture et me menotta aussi sec.
Tout en se dirigeant vers l'autre conducteur je me mis à gémir à suffoquer et commença à me tenir le côté, ma coupure à la langue continuait de saigner, même si cela me faisait un mal de chien j'appuyais dessus avec mes dents pour faire saigner.

-Eh, M'sieur, j'ai ... du.. mal.. à respirer, j'ai...mal aux côtes.., je me... Et clou du spectacle je me mis à cracher du sang, je me fis toute molle et tomba à genoux.

Essayant de paraître le plus affolée possible,dans un murmure je leur lançais un pitoyable . J'ai mal ...


----- MJ -----
Henri aida la jeune femme à se relever et la conduit vers la voiture de Rhanel. Il la tenait fermement mais sans la brusquer. Le gendarme estima que le randonneur était en état de conduire sur une courte distance, alors il décida de monter à l'arrière du véhicule avec la jeune femme, lui resterait juste derrière le conducteur. Cela lui permettrait de surveiller la fille car il avait des doutes. Il n'en était pas sûr, mais peut être qu'elle jouait la comédie. Dans le doute il passerait d'abord au centre de secours avant de la mettre en garde à vue. Mieux valait rester prudent, il n'avait pas envi d'être accusé si la jeune femme était effectivement blessée.

- Ouvrez la porte arrière. Le gendarme et la jeune femme s'installèrent sur la banquette arrière. Vous allez nous conduire au poste de secours de la ville. Ce n'est pas très loin d'ici, il suffit de suivre la route et vous tournerez à droite à 250 mètres.

Rhanel s'exécuta et ils se mirent en route pour le centre de secours. A 250 mètres ils tournèrent à droite, passant devant la station service de la ville, située à droite, puis devant la gendarmerie, située sur la gauche, puis ils arrivèrent enfin devant le centre de secours situé à une dizaine de mètres de l'intersection.



Ils descendirent du véhicule et entrèrent dans le centre de secours. La petite salle d'accueil était vide, l'infirmière de permanence devait être occupé.

- Miranda ? Miranda, tu es là ?
- Un instant j'arrive... Une charmante jeune femme d'une trentaine d'année vétue d'une blouse blanche entra dans la salle d'accueil. Elle avait des cheveux noirs coupés courts et de magnifiques yeux verts. Elle avait l'air relativement stressée car elle parlait rapidement et ses gestes étaient secs. Henri ! c'est toi. Je suis très occupé là, que veux tu ?

Elle scruta les deux autres personnes qui accompagnaient le gendarme et su immédiatement ce qu'il lui restait à faire.

- OK, ok Henri. Je vais m'occuper d'eux mais ils devront patienter un peu. Fais les entrer dans la grande salle.

Henri fit passer l'archéologue et la voleuse derrière le comptoir et prirent la porte du fond qui menait à une grande pièce sans fioritures bien éclairée. Au fond de la pièce un lit de fortune avait été aménagé pour accueillir une mamie. Celle-ci semblait en état de choc et montrait de nombreux signes de morsures sur les jambes. Miranda fit s’asseoir ses deux invités sur deux chaises sur la gauche juste à l'entrée.

- Asseyez vous. Je m'occupe de vous dès que j'ai fini avec Madame Ferra.

Henri s'approcha de la vieille dame qu'il connaissait bien et lui mis sa main sur son épaule.

- Henriette, mais qu'est ce qui s'est passé bon sang ? Henriette ?

La mamie leva les yeux et le regarda d'un oeil vitreux. Elle répondit d'un gémissement à la question du gendarme. Elle transpirait à grosses gouttes et tremblait légèrement. Henri recula et se dirigea vers Miranda.

- Mais que lui est il arrivé ?

- Son fils l'a amené il y a une vingtaine de minutes, il m'a dit que son chien était devenu fou et l'avait mordu. Elle est encore sous le choc donc je lui ai donné des calmants, Ca va aller Henri, elle va s'en remettre. Elle a un début de fièvre il faut que je m'occupe d'elle.

- Ok, je te laisse avec nos deux invités. Il se tourna vers l'archéologue et la voleuse et dit à voix basse. J'ai eu un accrochage avec le type et il a une coupure superficielle au front, à priori ce n'est rien de grave. Et la fille est une voleuse souffre probablement de quelques contusions suite à l'accident. Examine la mais fais attention, je te passe les clés des menottes si tu souhaites lui enlever pour l'ausculter. Je dois aller voir Tsel, la bagnole est morte sur la route il faut qu'il aille la récupérer. Ensuite je fais mon rapport au chef et je reviens de suite après. Ca va aller ?

- Mais oui Henri, tu as peur de quoi ? Que madame Ferra se transforme en zombie et qu'elle me mange vivante ? AH AH AH Allez, sauve toi !

- OK, je reviens. Il se tourna vers les deux assis. Soyez gentil avec Miranda où vous aurez a faire à moi !

Henri sorti rapidement du centre de secours et se rendit au garage de la gendarmerie trouver son mécanicien, le sergent Tsel.
Revenir en haut Aller en bas
Tehla

avatar

Messages : 346
Date d'inscription : 14/09/2010
Age : 40
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Episode 0 - Prologue   Sam 19 Jan - 22:53

Samedi 8 septembre 2012, 18:28


----- MJ -----
Pierre Ferra, berger de profession depuis plus de vingt ans, tapait à la porte d'entrée du vétérinaire frénétiquement. Ca faisait maintenant plus de dix ans que Shui-Hou Tehla s'occupait des mouton du Berger et des liens se sont créés au fil des années. Le berger continuait de taper sur la porte et vit la lumière du couloir intérieur s'allumer. Un petit asiatique d'une quarantaine d'années bien passées ouvrit la porte.

- Docteur Tehla ! Dieu soit loué vous etes là. Mon chien est malade docteur, aidez moi s'il vous plait


----- Tehla -----
- Ah Pierre ! Tu sais que j'allais fermer ? Il lui arrive quoi à ce brave Cerberus ?

Je n'attendais pas sa réponse, je savais que c'était pour ma pomme et que j'allais rentrer tard ce soir. J'ouvris le placard à coté de la porte d'entrée et en sortit mon attirail de véto :
- la trousse de médicaments et antidotes
- la bouteille plastique de désinfectant
- le pistolet un coup, la bombonne d'air comprimé et les deux fléchettes de tranquillisant qui ne traversent jamais la couche de laine des moutons
- la muselière et les sangles diverses
- et la lesse-lasso pour immobiliser les cabots récalcitrants.... ah non, elle est déjà dans le coffre.

- On y va, tu me raconteras ce qu'il a dans la voiture...


----- MJ -----
- Je l'ai amené avec moi, j'ai réussi à l'attraper et à le fourrer dans sa caisse de transport. Pauvre bête, je vous l’amène dans votre salle de consultation.

Le berger ouvrit son coffre et sorti une caisse. Le chien qui était dedans remuait de manière désespérée et grognait férocement.

- Du calme mon Cerberus, le gentil docteur Tehla va s'occuper de toi.

Il ferma son coffre et entra dans la maison du vétérinaire. Il posa la boite sur une grande table d'opération et alla s’asseoir sur une chaise contre le mur.

- Je sais pas ce qu'il lui a pris Docteur. Je l'ai jamais vu comme ça. Il a même mordu mémé. Je l'ai amené au centre de secours pour qu'elle puisse recevoir des soins... Il se pris la tête dans ses mains... Aidez le s'il vous plait Doc, sans mon Cerberus mes moutons ne m'obéirons plus...


----- Tehla -----
Je me retiens d'exploser de rire.
- Hum... c'est pas bon ça... Il vous a mordu, vous ? Et la muselière bon sang ?!? C'est pas bon du tout çaaaaa !


----- MJ -----
Le visage de Pierre devint écarlate et baissa les yeux.

- Non il ne m'a pas mordu, je lai attrapé par le cou et je l'ai fourré dans la cage. J'ai peur de lui avoir fait mal Docteur. Un bout de peau m'est resté dans la main.

Le berger se leva et se dirigea vers la boite

- Je vais le sortir et le mettre sur la table d'opération. C'est un bon chien, il a du manger une saloperie qui l'énervé. Pauvre bestiole...

Il posa sa main sur le loquet et le defit lentement

----- Tehla -----
- Non c'est pas bon du tout çaaaa !
J'interrompt prestement le geste du berger avant que ce con n'ouvre la cage.
[compétence Goldfinger]


----- MJ -----
Le membre 'Ašar' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'd20' :

Résultat : 17

Le berger bondit d'un pas en arrière, surprit par la vitesse à laquelle le docteur avait refermé la cage.

- Très bien Doc, faites donc

----- Tehla -----
- Pierre, je vais te parler franchement, tu as agis avec imprudence. Déjà tu m'amènes ton chien sans muselière, ensuite tu ouvres la cage alors que l'on n'a aucune certitude sur l'état d'esprit de Cerberus.... Et s'il avait la rage hein ? C'est pas bon ça ! C'est pas bon du tout ça !

Je m'empare du pistolet tranquilisant, visse la bombonne et insère la fléchette avant d'enlever la sécurité.
- Je vais déjà l'endormir, puis j'effectuerai des analyses.
Je vise le flanc et tire.
- Tu m'as dis que tu lui avais arraché un bout de peau ? Tu en as fait quoi , dis-je en scrutant le corps de Cerberus à la recherche d'une blessure ?


----- MJ -----
- Je l'ai jetée la peau, que voulez vous que je fasse avec ?

Le gros berger se gratta la tête en essayant de se rappeler de l'endroit ou il avait pu la jeter.

- Désolé doc, je ne sais plus. J'ai vite amené mémé aux urgences et puis je suis revenu à la ferme pour chopper le chien et vous l'amener.

-----Tehla -----

- C'est pas bon c'est pas bon ça...... Pierre, tu devrais rentrer chez toi, ou aller voir mémé aux urgences. Je vais garder ton chien, le temps de traiter sa blessure, et m'assurer qu'il n'a pas quelque chose de plus grave. Je t'appelle dès que j'ai du neuf.

Je jette un oeil pour vérifier si le chien a bien tourné de l'oeil.

- En tout cas, la priorité, c'est de le truffer d'antibio, avant que sa blessure ne s'infecte... Ah ! et aussi....
Je m'empare de mon mobile et contacte les secours. Il faut que je les prévienne pour mémé Ferra, ça serait con qu'elle choppe la rage. J'espère qu'ils ont les vaccins sur place, sinon je suis bon pour les leurs apporter.



- Allo Miranda ?

____________________________________________
¤¤+¤
Revenir en haut Aller en bas
Ašar

avatar

Messages : 1294
Date d'inscription : 24/02/2010
Age : 40
Localisation : Salon de Provence

MessageSujet: Re: Episode 0 - Prologue   Mar 22 Jan - 18:29

Samedi 8 septembre 2012, 18:29

----- MJ -----
Miranda restait à coté de madame Ferra afin de la surveiller de près. Celle-ci était allongée sur le lit, bordée d'une couverture. L'infirmière passa doucement la main sur front de la vieille dame et constata que la fièvre n'avait pas baissée. Miranda était perplexe, les médicaments ne tarderaient pas à faire effet et ainsi baisser cette fièvre soudaine. Quelque peu soucieuse, elle avait presque fini par oublier les deux autres personnes assises près de l'entrée de la pièce. Le téléphone sonna dans la pièce d'accueil ce qui la tira de sa concentration. En passant devant ses deux invités, elle fit un petit mouvement de la tête en signe d'excuse pour les avoir quelque peu oublié. Elle fila dans la salle d'accueil et décrocha sèchement le téléphone.

- Caporal Miranda Losson, centre de secours de Mouthoumet. Bonjour, à qui ai-je l'honneur ?.......... Oui ! comment allez vous Tehla ?.......... Oui, oui, je me suis occupé des blessures d'Henriette. La pauvre dame, son chien l'a pas loupé. Il a pété un câble ou quoi ?............. Quoi ? Merde c'est pas vrai, mais non je n'ai pas ce type de vaccin ici............ D'accord je vous attends, faites au plus vite.................. A tout de suite.



Samedi 8 septembre 2012, 18:30

Henri sortit du bureau de chef de brigade en claquant la porte. Il avait travaillé tout seul toute la journée et avait fait un travail exemplaire sans son binome, malgré tout le bougre était furieux après lui car il avait emboutit la voiture de fonction. Henri avait tenté de lui expliquer qu'un civil lui avait coupé la route mais il n'y avait rien à faire, il demeurait mécontent. Henri avait décidé d'aller voir son chef en premier pour faire son rapport et celui-ci lui reprochait en plus de ne pas être allé en premier voir le mécano pour enlever la voiture de la route. Le chef de brigade était quelqu'un de lunatique et Henri supportait de moins en moins ses sautes d'humeur. Mais il restait un militaire avant tout et prenait sur lui pour ne pas lui coller une droite. Il quitta le bâtiment administratif à grands pas pour se rendre au garage situé juste derrière la brigade. Il tappa à la porte et entra directement. Il cherchait le sergent des yeux et remarqua une paire de pieds dépasser sous une voiture.

- Sergent Tsel, toujours au travail à ce que je vois dit il en souriant


----- Tsel -----
- Hé oui, grâce à ta conduite j'ai toujours de quoi bosser... Je fis rouler le dos à l'aise et me mit debout. Que me vaut l'honneur de ta visite ?
J'aimais bien Henri, il venait souvent me rendre visite après sa journée de travail pour aller manger un bout et discuter. Ça faisait des années qu'on se connaissant maintenant.


----- MJ -----
Le jeune homme rigola et répondit en arborant un sourire narquois
- Je te laisse deviner... Mais cette fois c'est pas ma faute. Un espèce de gland m'a coupé la route juste à l'entrée du village et j'y suis rentré dans le cul... je crois que la voiture est morte.


----- Tsel -----
- Tu dis toujours ça, c'est la combien que je répare ? Trois ? Quatre en seulement deux mois ? Je n'attendais pas la réponse, je le savais, c'était la troisième. Bon aller, dis moi où est-elle ?


----- MJ -----
- Pfff, aller arrètes, tu vas pas t'y mettre toi aussi. Déjà que le chef m'a pris la tête pendant vingt minutes... La voiture se trouve à l'intersection à l'entrée du village Est. Et de toute façon, tu avais rien prévu de faire demain non ? Ca te permettra de sortir un peu de ta piole, c'est mieux que de glander toute la journée sur internet. Dit-il en souriant de toutes ces dents. Retrouvant son sérieux, Henri se dirigea lentement vers la sortie

- Bon, je dois y aller. Miranda m'attends. A plus mec


----- Tsel -----
Je regardais ce bon vieux Henri prendre la sortie. Et comme d'habitude, je n'avais pas le temps de lui répondre.

- Bordel, criais-je dans le garage, laisser une voiture à une intersection, quelle drôle d'idée ?! C'est dangereux !

Je matais encore ma Mustang cabriolet de 67 que je venais de bricoler une dernière fois avant de fermer le portail du garage. J'étais fier de moi, la réparer n'était pas facile, surtout pour trouver les pièces.
Je montais dans la dépanneuse en me disant encore que c'était vraiment dangereux de laisser la voiture à une intersection, surtout que la nuit tombait.
Après cinq petites minutes j'ai pu trouver la voiture.L'avant était tout défoncé, la pare-brise fissuré, les phares éclatés.

- Il a fait du bon boulot le salaud ! Je me souvenais d'ailleurs, que je ne lui avais pas demandé avec qui il a pu avoir cet accident. Au fonds, je m'en fichais.

J'ai donc fait mon job et après avoir vérifié que la voiture était bien accrochée, je démarrais la dépanneuse et commençais à prendre le chemin du retour. J'avais hâte de rentrer.


----- MJ -----
Le membre 'Ašar' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'd20' :

Résultat : 1

La nuit commençait à tomber. Les ombres s'étiraient lentement dessinant des formes abstraites sur le sol. La remorqueuse roulait doucement en direction du garage de gendarmerie. Du coin de l'oeil, Tsel cru voir une silhouette sur la bas coté dans la pénombre. Il tourna la tête et plissa les yeux mais ne vit rien. Son regard revint se poser sur la route et le garagiste fut surpris de retrouver la même silhouette juste devant son véhicule. Il percuta le passant de plein fouet qui fut propulsé à quelques mètres derrière.


----- Tsel -----
- Bordel de merde !
J'avais peur, je transpirais, qu'est-ce qui m'arrivait..? Je voulais sortir de la dépanneuse mais l'air bag s'était enclenché, j'ai dû le repousser violemment. La peur guidait mes gestes mais mes pensées étaient perdues... Que faire ? Je décidais finalement, après quelques secondes, de sortir...

Je tremblais... J'espère que c'est un animal, pensais-je...


----- MJ -----
Tsel s'approcha doucement du corps désarticulé qui gisait au sol. Celui-ci présentait de multiples fractures et gisait au sol tel un pantin de chiffon. Le mécanicien se tint juste devant l'individu par terre. Ses mains tremblaient et il demeura paralysé quelques secondes en regardant l'homme au sol. Il entendit un bruit étouffé sur sa droite et aperçut trois autres personnes dans l'ombre avancer vers lui.

____________________________________________


Dernière édition par Ašar le Ven 25 Jan - 11:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Tsel

avatar

Messages : 482
Date d'inscription : 13/05/2011

MessageSujet: Re: Episode 0 - Prologue   Ven 25 Jan - 12:39

----- Tsel -----
J'essayais de maîtriser ma peur... Je constatais que trois personnes arrivaient... Je voulais me rassurer :

- Heureusement tout le monde me connaît... Je dirais qu'il faisait sombre, qu'il est apparût devant moi, comme ça ! Je me rendais compte que je criais.

Il fallait que je bouge, que je lui porte secours... Mais est-ce qu'il respire ?

Je m'approchais de lui pour regarder de plus près, peut-être que si on me voyait lui porter secours, on ne me blâmera pas... Mes pensées étaient toujours embrouillé, j'arrête de penser, je dois agir !
Je posais délicatement une main sur sa nuque pour voir si il étaient toujours envie.

- Hé mon gars ! Ça va ?


----- MJ -----
Le corps inerte pendait lamentablement entre les mains du mécanicien. Il s’aperçut rapidement que l'individu était mort sur le coup. Les trois personnes s'approchaient rapidement du mécanicien qui tourna la tête pour voir qui arrivait. Dans la lumière du réverbère couplée à celle des phares du véhicules, le mécanicien reconnut les trois hommes en tenue de jogging arriver en marchant.

L'un d'eux était le jeune retraité militaire qui avait aménagé récemment dans la région. Tsel ne le connaissait pas personnellement mais il l'avait déjà aperçut notamment lors de son déménagement. Il reconnu aussi immédiatement les deux autres personnes. L'un était un habitant de longue date du nom de Geralt Zock, il était accompagné de son fils Stan. Tous deux étaient impressionnants de carrure, surtout le fils. Plus de deux mètres taillé tout en muscles, personne n'aurait voulu contrarier ce jeune homme. Le père avait aussi une forte carrure, âgé d'une quarantaine d'années, cet ancien sportif professionnel était connu dans toute la région pour ses exploits au rugby. Tsel se rappela brièvement que Geralt et le retraité militaire étaient des amis de longue date, mais sans en connaitre les détails. Il se rappelait aussi que son fils Stan aimait bien venir voir ses parents le weekend comme il disait "à la campagne". Tous trois aimaient bien faire du footing ensemble en début de soirée, soit disant pour garder la forme. Il se releva lentement quand ils arrivèrent à son niveau lorsque Geralt s'exclama.


- Dieu du ciel ! Tsel ! mais que s'est-il passé ? Il est mort ?


----- Tsel -----
- Geralt ! Tu ne vas pas me croire... Regarde... Je lui montrais le corps sans vie. Je rentrais chez moi et... et.. J'ai vu apparaître ce mec ! Il est apparut comme ça... Je sais pas comment... Tu sais comment je suis, je suis prudent, et même avec la zik à fonds... La gorge nouée, je n'ai pu finir ma phrase, je haletais...
Revenir en haut Aller en bas
Zock

avatar

Messages : 94
Date d'inscription : 22/08/2012
Age : 28

MessageSujet: Re: Episode 0 - Prologue   Sam 26 Jan - 0:36

----- Stan -----
j’écoutais Tsel , il flippait comme un bleu, on aurait dit que c’était la première fois , qu'il voit un mort (rire) .
je coupais la parole Tsel à moitié essoufflé par la peur .

- Geralt ! appelez l'hosto, ils savent quoi faire et il va falloir ... identifier ce mort, des volontaires pour fouiller le macchabée ? ... non ....personne .

Comme toujours le sale boulot c'est pour moi.
Je m'approchais du mort pas très rassuré , à l'idée de faire les poches à un mort encore chaud ...


----- MJ -----
Géralt posa sa main gentiment sur l'épaule de son fils pour le retenir.

- C'est pas la peine Stan, je sais qui c'est...

Géralt regarda fixement le corps sanguinolent à ses pieds. Il avait toujours vécu dans ce village et connaissait bien le cadavre. La peine se lisait dans les yeux de l'ancien rubgyman qu'il ferma quelques secondes avant de poursuivre.

- C'est le vieux Jeannot. Il vit... vécu depuis toujours dans ce village. Il était à moitié fêlé mais c'était pas un mauvais bougre... il fit une pause de quelques seconde pour reprendre ses esprits et leva la tête et regarda Tsel. C'était un ermite, il vivait seul depuis le décès de sa mère dans sa vielle maison du centre ville. Il passait le plus clair de son temps dans la foret... Dans "sa" grotte qu'il disait, mais personne ne savait de quoi il parlait... C'était un homme gentil mais personne ne le connaissait vraiment, il n'avait pas beaucoup d'amis.

Il s'agenouilla à proximité du corps et ferma les yeux du cadavre

- Repose en paix Jeannot...

Géralt se releva, se dirigea vers Tsel et posa sa main sur son épaule

- C'est pas de ta faute fiston...


----- Tsel -----
J'écoutais Géralt, sa voix était puissante et reposante, quand il dit que ce n'est pas de ma faute, ça me réconfortais, mais... Ça l'était ! Heureusement pour moi, ce n'était pas la première fois que je voyais un mort, je me souviens il y a longtemps, j'étais avec mon père et mon frère, on chassait le petit gibier, non loin d'ici, moi je ciblais les sangliers, mon frère, lui, tout ce qui bougeait, lapins, écureuils etc... Mais un jour, il s'est prit pour un gars de l'un de ses jeux qu'il joue sur internet, Call of machin, je sais plus, et a tiré sur un mec, et heureusement que c'était une de ces personnes que personne connaissait ni ne réclamait...

Je me perdais dans mes pensées et je n'étais pas seul.
Mes yeux se tournait vers l'ancien militaire qui n'avait toujours pas dit un seul mot.

- Merci... Mais on fait quoi maintenant ? Ce pauvre Jeannot, je ne sais même pas si il va manquer à quelqu'un, j'ai dû l’apercevoir qu'une fois ou deux dans le village...
Revenir en haut Aller en bas
Amalrik

avatar

Messages : 505
Date d'inscription : 01/07/2010
Age : 46
Localisation : Rochefort du Gard

MessageSujet: Re: Episode 0 - Prologue   Ven 1 Fév - 22:58

Le jeune retraité militaire, jusque là muet et en retrait, s'avança jusqu'au corps.

- Il faut l'emmener au centre de secours et appeler les pompes funèbre pour qu'il le mette au frais.

La voix d'Amalrik sonnait comme le glas, sans aucune émotion. L'ancien militaire en avait vu des morts et un de plus ne le chagrinait pas plus que ça. Pourtant, ce fut une des raisons qui le fit se ranger de cette vie.
Geralt et Amalrik s'étaient connus sur les terrains militaires, mais Geralt avait préféré la vie civile et s'en était allé au grand dam de son collègue.


- Je connaissais un peu Jeannot et je ne comprends pas qu'il soit resté sur la route en voyant les phares de la voiture. Il était spécial mais pas suicidaire, à croire que quelque chose lui à fait peur? J'irais bien voir sa cabane aprés l'avoir emmené!


____________________________________________
Méfions-nous, quand il y a pire, mal devient bien.
Revenir en haut Aller en bas
Ašar

avatar

Messages : 1294
Date d'inscription : 24/02/2010
Age : 40
Localisation : Salon de Provence

MessageSujet: Re: Episode 0 - Prologue   Sam 2 Fév - 13:45

Samedi 8 septembre 2012, 18:32

----- MJ -----
Miranda raccrocha le téléphone et souffla bruyamment. Ce que lui avait annoncé le vétérinaire l'avait contrarié. La rage ? L'infirmière se mordit la lèvre inférieure, signe d'une nervosité croissante. Elle espérait intérieurement que Tehla arriverait très vite pour lui donner le vaccin. Elle retourna dans la grande salle et jeta un coup d'œil rapide sur madame Ferra, aucune amélioration de sont état pour l'instant. Elle récupéra un brancard dans le débarras du fond qu'elle déplia à coté du lit de la vieille dame. Puis elle se plaça en face de ses deux invités qui patientaient depuis quelque temps maintenant.

- Bien, à vous maintenant...

D'un geste de la tête, elle fit se lever la jeune femme en premier et s'approcha d'elle. Elle sortit les clés de menottes de sa poche et lui précisa, tout en déverrouillant celles-ci.

- Je vous les enlèvent pour vous ausculter correctement.

Elle scruta d'un regard froid la jeune femme qui frottait ses poignées endolories par les menottes.

- Je sais qu'Henri vous a arrêté et je me fiche de savoir pourquoi, mais si vous tentez quoi que ce soit je vous pète les deux bras. dit-elle d'un ton glacial.

Miranda tendit l'index pour désigner le brancard et ajouta d'un ton autoritaire.

- Asseyez vous là.


----- Frey -----
- Oui, m'dame.

Ce n'était pas tant l’agressivité de ses paroles qui me fit froid dans le dos que le regard qu'elle me jeta quand elle me lança l'avertissement. Obéissante je m'asseyais sur le brancard. Autant la laisser m'ausculter: l'accident m'avait laissé quelques bleus, mais au final rien de bien grave, et cette bimbo schizophrène s'en rendrait bien compte.Il me fallait un peu de temps pour réfléchir à ce que j'allais dire au poulet, autant gagner un peu de temps

-J'ai la tête qui tourne est ce que je peux m'allonger. Je n'ferais rien m'dame. J'ai besoin de mes deux bras pour bosser.
Vous n'avez qu'à vous occuper du mec à l'imper, sa blessure au front pisse le sang, ça serait bête qu'il cane comme ça. Je cherche pas les problèmes.


De moi-même je m'allongeais sur le dos dans le brancard.

-Vous voyez je reste sage...

Puis je fermais les yeux. "Bon sang, mais quelle chieuse cette infirmière"


----- MJ -----
Miranda posa ses poings sur ses hanches d'un signe de désapprobation et inclina légèrement la tête avant de répondre.

- Vous n'avez rien à dire, me dites pas ce que j'ai à faire ou pas. Vous êtes ma patiente et c'est moi qui donne les ordres ici. La voix de la jeune infirmière était douce sous un ton polaire.

Miranda observa la jeune femme étendue sur le brancard et ajouta en souriant de manière sarcastique

- Je vous ai demandé de vous asseoir pour vous ausculter le haut du corps. C'est généralement là ou se trouvent les ecchymoses suite à un accident de la route bénin. Mais puisque vous ne semblez pas pressée que je m'occupe de vos blessures ça ne doit pas être si grave que ça... Vous pourriez même partir directement en cellule lorsqu'Henri reviendra. Qu'en pensez vous ?

Quelqu'un tapa à la porte et entra sans attendre de réponse.

- Miranda ? c'est moi ! Appela le gendarme de la pièce d'accueil.

- Tiens donc, le revoilà. Alors vous préférez quoi ? les soins ou la cellule ?


----- Frey -----
Aussitôt que j'entendis la voix du flic, je me rassis de suite sur le brancard.

-Bon ben , je choisi les soins, c'est si gentiment proposé. J'ai mal aux côtes, si ça se trouve votre collègue a dû me fêler une côte.

Ça ne m'arrangeait pas du tout que le policier soit là, mais bon, autant faire contre mauvaise fortune bon coeur. Après tout il m'avait juste surprise en train de faire mon boulot . Bon bien sûr la cliente qui m'avait appelé pour changer ses serrures, avait eu de ma part, quelques jours auparavant, une visite plus officieuse et plus lucrative pour ma petite personne . Et comme à chaque fois pas d'empreinte, aucune trace qui pouvait m'incriminer. Je lui demanderai d'appeler Mme Pignon ...

Puis je rajoutais aussitôt : Je vous en prie... autant me montrer polie, même si ça me coûtait. Elle aurait besoin d'un homme pour la détendre un peu celle-là.


----- MJ -----
Miranda regarda froidement la jeune femme et ajouta, sans sourire, à voix basse.

- Et bien, le mal de tête a subitement disparu à l'arrivée d'Henri ? Quelle coïncidence...

Henri déboula dans la pièce et observa, dans un premier temps, le type qui avait embouti sa voiture quelque temps plus tôt. Il souleva un sourcil, signe d'interrogation, en voyant qu'il saignait toujours au niveau du front. Puis il alla rejoindre l’infirmière et la voleuse. Il constata immédiatement que celle-ci avait été débarrassé de ses menottes.

- Miranda, tout se passe bien ? puis il ajouta a voix basse Le mec saigne toujours de la tête, tu t'es pas encore occupé de lui ?

Elle le regarda, un sourire en coin et commenta discrètement

- Je les ai un peu oubliés en fait... Henriette a retenu toute mon attention jusqu’à ce que le téléphone sonne. Puis elle repris d'une voix normale Le vétérinaire vient d’appeler... Il pense que le chien de Madame Ferra a la rage et que c'est pour ça qu'il aurait été agressif... Ce n'est qu'une supposition, mais par prudence il va passer m'apporter un vaccin pour Henriette, j'espère qu'il va arriver vite...

Le gendarme lu dans les yeux de Miranda une inquiétude grandissante. Il se contenta d'hocher la tête et observa la vieille dame. Elle n'avait pas l'air d'aller beaucoup mieux. Elle était blanche comme un cachet d'aspirine et transpirait abondamment, sa respiration était irrégulière et sifflante. Henri aimait bien madame Ferra, elle était toujours souriante et de bonne humeur, elle s'était toujours occupée de sa ferme avec son mari. Elle avait cessé toute activité et passé la main à son fils Pierre lors du décès de son mari survenu il y a maintenant deux ans. Pierre avait toujours travaillé avec ses parents à la ferme, il aimait notamment s'occuper de leurs moutons. Il était travailleur et c'était un bon gars...
Voir la vieille dame dans cet état l'attristait. Miranda le sortit brusquement de ses rêveries...


- Aller va voir un peu plus loin que je m'occupe de cette jeune femme. T'aurais pas dû la frapper comme ça, elle est pleine de bleus maintenant, ton chef va encore te gueuler dessus taquina l'infirmière en lui faisant un clin d'oeil

- Mais... secouant la tête et soupirant il alla s'asseoir à coté de l'aventurier

- Pffff quelle journée... il pensa à haute voix et se repris immédiatement. Il se racla la gorge et dit à l'attention de l'aventurier

- Je vous connais pas, vous n'êtes pas du coin non ?... Je peux savoir ce que vous faites ici ? à part me couper la route après un refus de priorité ?

Pendant ce temps, Miranda ausculta la jeune voleuse très professionnellement et tout en douceur.


----- Rhanel -----
- Effectivement, on ne se connait pas. Dis-je d'un ton calme. Je n'aime pas sa façon de parler. Je ne fis pas attention à sa remarque.
- Je m'appelle Rhanel Shrewd, je travaille à l'Université Lumière, à Lyon. Je suis ici pour des recherches scientifique et archéologique. Je cherche sans cesse de quoi occuper mes élèves. Dis-je d'un ton d'amusement.
- Je vois que vous n'êtes pas pressé de me soigner. Si ça ne vous dérange pas, passez-moi de quoi me désinfecter, je sais soigner ce genre de blessures.


----- MJ -----
Le gendarme observa l'archéologue silencieusement durant quelques secondes et commenta.

- Vous êtes couvert de boue... vous devriez peut être vous laver le visage avant d'appliquer de l'alcool dessus.

Miranda, qui avait entendu la remarque du gendarme, acquiesça et répondit sans se retourner.

- Henri a raison, allez vous "débarbouiller" un peu avant. Il y a un lavabo dans la pièce du fond, allez-y.

Miranda se concentra à nouveau sur sa jeune patiente. Elle présentait quelques bleus et une coupure superficielle sur la langue. Rien de grave en soit mais Miranda s'appliqua et soigna chaque blessures avec délicatesse et professionnalisme. A la fin de son auscultation, Miranda devina que la jeune voleuse avait joué la comédie et qu'elle avait un peu exagéré la gravité de son état, mais elle s’abstint de tout commentaire. Elle tendit un verre d'eau à sa patiente accompagné d'un comprimé de paracétamol.

- Buvez ça, ça calmera la "douleur". dit-elle en haussant légèrement un sourcil. La phrase fut ponctuée par un gémissement de madame Ferra.

Miranda se retourna vers Henri et l'archéologue et se dirigea lentement vers eux. Arrivé devant le gendarme, elle fouilla dans sa poche et tendit les menottes à Henri.

- Tu peux récupérer ta délinquante... Elle s'est bien comportée, les menottes sont pas nécessaires si tu veux mon avis... Gardes les plutôt pour moi dit elle à voix basse en faisant un clin d'oeil au gendarme.

Henri recupéra maladroitement ses menottes et les rangea à leur place sur sa ceinture. Il se leva brusquement et ajouta d'un ton précipité.

- Heu... bon, monsieur Shrewd, nous nous reverrons plus tard pour le constat de l'accident, restez dans le coin je reviendrais plus tard. Puis il s'approcha de la jeune voleuse et ajouta Veuillez me suivre s'il vous plait.

Miranda posa son regard sur l'archéologue et ajouta calmement

- Allez donc vous passer un coup d'eau sur le visage pendant que je récupère le désinfectant et des compresses dit elle en désignant de l'index le fond de la pièce


----- Rhanel -----
Je commence à perdre patience avec ces gens. Je vais me rincer vite fait le visage, me désinfecter et foutre le camp d'ici rapidement.
- Voilà ! Vous pouvez me désinfecter s'il vous plait.


----- MJ -----
Miranda s'occupa rapidement de la blessure de l'archéologue. Il n'y avait rien de grave, juste une petite entaille qui cicatrisera rapidement. L'infirmière posa néanmoins une gaze fine fixée par des petites bandes adhésives sur le front de Rhanel pour protéger sa plaie et éviter qu'elle se ré-ouvre.

- Voila, vous pourrez enlever la gaze demain. Vous avez frôlé la mort vous savez ? dit elle en souriant amicalement

A ce moment précis, quelque chose martela la porte d'entrée.

- Ce doit être Tehla...

Miranda se dirigea vers la pièce d'accueil, contourna le comptoir et ouvrit la porte. Deux individus étaient sur le seuil à attendre patiemment. Elle reconnu immédiatement le vétérinaire, il était accompagné de son ami pharmacien. Il s'agissait de Gnark, c'était une personne de petite taille très sympathique que tout le monde connaissait dans le village. Il faisait des miracles avec ses médicaments "maison". Avec quelques plantes, il vous remettait sur pied en un rien de temps. Miranda fut soulagée de les voir tous les deux

- Rebonsoir Tehla, je vous attendais avec impatience dit-elle en souriant, Gnark, c'est toujours un plaisir de vous voir. J'espère que vous avez pris un de vos remèdes pour Henriette... Son état s'aggrave de minute en minute... ajouta t'elle en les invitant à entrer à l'intérieur.

____________________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Tehla

avatar

Messages : 346
Date d'inscription : 14/09/2010
Age : 40
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Episode 0 - Prologue   Sam 16 Fév - 1:13

----- Tehla -----

En désignant Gnark :
- Ouais, ouais... on a dû faire un détour pour récupérer ce charlatan. Sans compter Pierre qui n'est pas foutu de faire un créneau, du coup il est allé se garer plus loin après nous avoir largué à 200 mètres. A mon avis, on aura retapé la vioque qu'il sera encore en train de tourner...

Montrant à Miranda son portable/GPS en train de marmonner en boucle "vous êtes arrivé... vous êtes arrivé..." :
- Et t'as vu la classe ? Avec ça c'est fini, Tehla est un homme neuf, qui ne se perd plus à chaque virage ! Fini ! Over ! Kaput ! C'est bon ça ! cheers

Puis voyant mémé Henriette :
- Ouh c'est pas bon du tout ça !! Si j'avais su, j'aurai pris ma seringue pour achever les bêtes...

Puis constatant la présence des autres occupants :
- Eux aussi ils se sont fait mordre par Cerberus ?


----- MJ -----
Miranda roula les yeux aux ciel. Elle appréciait moyennement les blagues du petit asiatique, notamment dans ce genre de circonstances. La gravité de l'état d'Henriette la préoccupait vraiment et le vétérinaire sortait des boutades qui ne faisait rire que lui... Enfin, ça faisait parti de son caractère, Miranda savait qu'il ne changerait jamais. Elle était néanmoins persuadée qu'au fond, Tehla s’inquiétait quand même pour la vieille dame et le montrait à sa manière.

- Non, non... Henri les a ramenés suite à un accrochage en voiture, ils allaient d'ailleurs partir dit-elle plus précipitamment qu'elle ne l'aurait voulue

Ils passèrent devant l'archéologue, puis devant Henri et sa délinquante et s’arrêtèrent devant le lit de madame Ferra. Son état avait encore empiré, elle avait un teint livide et sa respiration était haletante. Par moment, on pouvait deviner quelques convulsions sous sa couverture. Elle avait les yeux fermés et gémissait continuellement.

Henri ne brusqua pas la jeune voleuse et lui laissa quelques minutes pour se lever d'elle même. Il en profita pour saluer de la tête le vétérinaire et le pharmacien et attendit patiemment que la jeune femme se mette sur pied


----- Tehla -----

Je salue de la tête tout se beau monde puis me faufile jusqu'au chevet de madame Ferra avec ma seringue anti-rage, après avoir enfilé mes gants de latex :

- Messieurs dames pardon excusez-moi.... Et voila ! (je lui injecte le vaccin vite fait bien fait) Bon maintenant que j'ai accomplis mon devoir et sauvé la vioque de la rage, je vais transcender le génie de l'Homme et faire le 15, sans vouloir dénigrer les mirifiques capacités médicales de ce trou du cul du monde où nous sommes... Hey Gnark, si tu as un remontant en attendant que l'ambulance arrive...

Bip Bip Tut Tut Vous êtes arrivé Ta gueule ! Biiiiiip biiiiiip....



____________________________________________
¤¤+¤
Revenir en haut Aller en bas
Ašar

avatar

Messages : 1294
Date d'inscription : 24/02/2010
Age : 40
Localisation : Salon de Provence

MessageSujet: Re: Episode 0 - Prologue   Sam 9 Mar - 15:19

Le membre 'Ašar' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'd20' :

Résultat : 20


----- MJ -----
L'injection du vaccin stabilisa quelques secondes l'état de madame Ferra. Visiblement soulagés, les personnes à son chevet se détendirent et soufflèrent un peu.

- Pfiou, ça va aller mieux maintenant Henriette... dit Miranda en soupirant de soulagement

Brusquement, la vieille dame se releva en position assise en criant telle une damnée. Ses yeux rouges exorbités et la bave aux lèvres, elle tendit ses bras en avant en direction de Tehla et de Gnark qui se trouvaient au pied du lit. Elle vomit du sang sur son lit et, par chance, personne ne fut touché par ce liquide écarlate. Elle reste raide pendant quelques secondes puis retomba en position allongée dans un long gémissement, comme évanouie. Toutes les personnes dans la pièce étaient sous le choc après cet évènement et se regardèrent en silence. Miranda se ressaisit rapidement et fût la première à parler.

- Merde, c'était quoi ça...? Vous êtes sûr d'avoir amené le bon vaccin Tehla ? Et pas une de ces saloperies pour clébard ?

Henri avait sorti son arme par instinct tellement le cri de la vieille dame avait été menaçant. Il rangea son arme et s'approcha du lit en ordonnant à tous.

- Écartez vous du lit ! Je vais rester à coté d'Henriette. Si elle refait une crise n'intervenez pas, je m'en occupe.

A ce moment précis, quelque chose tambourina à la porte et celle-ci s'ouvrit brusquement. Miranda se précipita vers la salle d'accueil pour voir qui faisait irruption à l'intérieur. Elle reconnu immédiatement le sergent Tsel, accompagné de l'ancien militaire à la retraite ainsi que le père et le fils Beck. Tous les quatre transportaient un cadavre dans un état pitoyable. Miranda écarquilla les yeux d'horreur en reconnaissant le vieux Jeannot.

- Sergent Tsel ?!? que s'est il passé ?


----- Tsel -----
J'étais étonné de voir tout ce beau monde, mais il y avait urgence et l'heure n'était pas de poser une tonne de question. Enfin urgence pensais-je... Il était déjà mort.

- Henri ! Je suis parti chercher ta voiture que ce foutu gars t'a amoché. Sur le retour le pauvre Jeannot est apparu de j'sais pas où... Et... Regarde, il est mort. On savait pas trop quoi en faire, on la ramener ici. Ce pauvre vieux Jeannot...

----- Frey -----

En quelques secondes la situation qui était déjà fort gênante pour moi, tourna au cauchemar. Le cri de damné qu'avait poussé la petite vieille m'avait fait froid dans le dos, et voilà qu'elle se met à cracher du sang, mais bon sang qu'est ce qu'il lui a fait ce charlatan...
Et comble de l'horreur un groupe d'inconnus amènent un cadavre, quand je vis l'état du corps, une envie furieuse de vomir me pris, que j'arrivais à peine à réprimer. Je me retournais pour ne plus voir ce macabre spectacle et appuyai ma tête contre le mur, essayant tant bien que mal de contrôler mes nausées.

-Putain... c'est ma journée. Y'en a marre des trous paumés...

La fraîcheur du mur contre mon front commença à m'apaiser et surtout les spasmes de mon estomac commencèrent à se calmer. Je faisait à peine attention à ce qu'il se disait derrière moi.

____________________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Tehla

avatar

Messages : 346
Date d'inscription : 14/09/2010
Age : 40
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Episode 0 - Prologue   Jeu 14 Mar - 1:07

----- Tehla -----
- Oui allo... non non, c'était bien un cri humain, je vous assure... Ah mais qui voila ! J'allais demander une ambulance, mais ramenez aussi un sac mortuaire je vous prie, on a un décédé qui vient juste de nous tomber sur les bras. Oui nous sommes au poste de secours. Vous arriverez dans combien de temps ? Oh vous savez quoi, laissez tomber, venez avec un deuxième sac, on ne sait jamais.

Je raccroche et épaule Miranda pour apporter les premier (et ultimes ?) secours à Henriette.

- Allez, haut les coeurs Mimi ! On a une vie à sauver !

____________________________________________
¤¤+¤
Revenir en haut Aller en bas
Amalrik

avatar

Messages : 505
Date d'inscription : 01/07/2010
Age : 46
Localisation : Rochefort du Gard

MessageSujet: Re: Episode 0 - Prologue   Jeu 28 Mar - 0:43

En entrant dans le centre, Amalrik soulagea ses camarade d'infortune et récupéra le cadavre du vieux Jeannot dans ses bras et alla le déposer sur un lit non loin d'Henriette. Il tira le rideau blanc par convenance pour la vieille dame et revint vers la porte d'entrée. L'essentiel ayant été dit par Tsel et d'humeur peu bavarde, le militaire fit un tour d'horizon dans la pièce afin d’évaluer la situation et de repérer les nouvelles têtes.

¤ Deux mois que je suis ici et je ne connais pas un quart de la populace qui vit là. Moi qui cherchais un endroit calme pour me mettre au vert et oublier les tueries et les mort que j'ai fais, je me retrouve avec un mort et une vieille dame sur le point de le rejoindre. Tu parle d'une aubaine!¤

Secouant la tête pour revenir à la réalité, Amalrik alla au nouvelle. S'avançant vers Miranda, il se posta dans son dos.

- Je peux vous aider en quelque chose? J'ai quelques notions de soins et je pense que vu ce qu'elle vomie, nous devrions la mettre en PLS afin qu'elle ne s'étrangle pas avec son propre sang.

Sa voix rauque était calme et reposante.

____________________________________________
Méfions-nous, quand il y a pire, mal devient bien.
Revenir en haut Aller en bas
Ašar

avatar

Messages : 1294
Date d'inscription : 24/02/2010
Age : 40
Localisation : Salon de Provence

MessageSujet: Re: Episode 0 - Prologue   Lun 1 Avr - 17:47

Samedi 8 septembre 2012, 19:15

----- MJ -----

Miranda se retourna vivement et regarda droit dans les yeux de l'ancien militaire. Elle allait décliner son offre mais elle lu dans son regard un mélange de calme et de détermination qu'il était dur de conserver en cette situation. Elle se surpris en acceptant finalement son offre en hochant brièvement la tête à son attention.

- Henri, on a besoin d'un peu d'air...

- Ok, puis il dit de manière autoritaire. Allez tout le monde dehors sauf les gens habilités à travailler ici.

Il passa devant l'ancien militaire et le regarda quelques secondes sans rien dire, puis son regard se tourna vers Tehla, puis Gnark et enfin Miranda. Elle lui sourit faiblement pour lui montrer sa gratitude et se retourna vers le lit d'Henriette.
Les gens commençaient à sortir lentement vers l'extérieur et Henri clôturait la marche. Il referma la porte d'entrée derrière lui.
Le soleil déclinait tranquillement, un léger vent commençait à se lever. Tout était calme dans le village et quelques oiseaux se faisaient encore entendre. Tout semblait si paisible à ce moment là... Il soupira et regarda les personnes autour de lui.
Il vit en premier son ami Tsel qui avait la mine basse. Henri devinait que Tsel se sentait coupable de l'accident et cela attristait le gendarme. Tsel était toujours plein d'entrain et joyeux, il espérait intérieurement qu'il se remettrait rapidement de ce qu'il s'est passé. Quoi qu'il en soit, Henri était certain de l'innocence de son ami et le soutiendrait le plus possible dans cette épreuve.
Puis son regard s’arrêta sur le père et le fils Beck. Il connaissait bien le père qui était quelqu'un de gentil et de serviable. Henri avait un peu plus de mal avec son fils Stan, qu'il trouvait parfois arrogant même s'il avait bon fond.
Il scrutait ensuite l'étrange archéologue, qui était une énigme pour le gendarme. En l'observant, Henri le trouvait agité, limite anxieux. Il était persuadé qu'il n'avait pas tout dit à propos de ses fouilles et qu'il lui cachait quelque chose. Il se comportait comme quelqu'un de coupable et il tirerait bientôt tout ceci au clair.
Finalement son regard se porta vers la jeune voleuse qu'il avait appréhendé aujourd'hui. Elle semblait s'être remise de ses blessures et il songea qu'il fallait la mettre en garde à vue pour l’interroger. Il inspira profondément et pris la parole d'un ton mesuré


- Merci à tous de votre coopération. L'équipe médicale va maintenant s'occuper de la blessée ainsi que de Jeannot. Il réfléchit rapidement à ce qu'il devait faire par la suite . Toutes les personnes le regardaient attentivement et attendaient ses consignes.
- Bien, nous allons tous nous rendre à la gendarmerie. Nous ferons ainsi........

Il fut coupé au beau milieu de sa phrase pour un hurlement lointain. Ce cri strident devait certainement venir d'une bête sauvage. Tous se regardèrent, incrédules, et ils jetèrent des coups d'oeil inquiets de toute part pour déceler l'origine de ce son. Henri prit la parole d'une voix qui se voulait rassurante.

- Il y a des loups qui descendent de la montagne parfois, mais ils ne s'approchent jamais du village, ne vous inquiétez pas..... je disais donc : nous ferons ainsi les dépositions sur ce qu'il s'est passé aujourd'hui. Allons-y

Le petit groupe avanca rapidement en direction de la gendarmerie, heureusement celui-ci était juste à coté du centre de secours.


Pendant ce temps, au centre de secours, Miranda et ses 3 invités s'afférèrent à stabiliser l'état alarmant d'Henriette. Ils la basculèrent doucement sur le coté comme l'avait suggéré l'ancien militaire. Elle était raide comme une pierre et respirait rapidement. Du sang coulait de sa bouche et, au touché, sa peau était glacée. Les minutes s'écoulèrent lentement et il n'y avait toujours aucune amélioration de son état. Frustrée, Miranda se dirigea vers la salle d'accueil.

- Mais qu'est ce qu'elle fabrique cette satanée ambulance ? Je les appelle à nouveau...

Elle saisit nerveusement le téléphone et commence à composer le numéro des secours. Aucune tonalité. Elle raccrocha et décrocha plusieurs fois d'affilé mais toujours rien. Elle vérifia que le câble téléphonique était bien branché sur la prise murale mais c'était le cas.

- Merde ! Le téléphone déconne... Il était neuf en plus, quelle camelote ces produits chinois...

Elle récupérera son téléphone portable dans son sac, l'alluma et pesta lorsqu'elle lu sur son écran "réseau indisponible"

- Pfffffff, même mon portable ne passe pas... Fais chier, murmura t'elle pour elle même puis elle reprit normalement à l'attention de ses trois compagnons,
- d'habitude ça passe très bien ici, l'antenne est juste à coté en centre ville... J'ai toujours su que c'était pas fiable Oringe, ils nous font payer le prix fort et en contrepartie.......................................

Miranda s’arrêta net et lâcha son portable au sol. Elle regarda, les yeux écarquillés de surprise, le rideau blanc qui se trouvait derrière Henriette. Elle jurerait l'avoir vu bouger... Or, personne dans la pièce n'avait bougé, pas même Henriette.

____________________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Tehla

avatar

Messages : 346
Date d'inscription : 14/09/2010
Age : 40
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Episode 0 - Prologue   Mar 2 Avr - 0:28

----- Tehla -----

Je regarde les autres, juste pour voir s'ils ont bien vu comme moi, puis je demande :
- Euh... y a quelqu'un hein ?

Aidé par la peur, je cherche à tâtons un truc suffisamment long, genre un balais, un porte manteau, n'importe quoi que je puisse brandir dans l'urgence. Pendant ce temps là, mon cerveau galope à toute allure pour me souvenir si, parmi ceux sortis, un petit malin aurait pu rester dans la pièce...


----- Tsel -----
Le groupe continuait d'avancer, on s'approchait bientôt de la gendarmerie, je fermais la marche. J'avais toujours la mine basse, et après un bref regard sur celui d'Henri, je su qu'il compatissait. Je regardais ensuite les autres. Le gars qu'Henri avait percuté avec la voiture semblait vouloir nous dire quelque chose, mais il ne disait rien. Il avait l'air perdu dans ses pensées, dans un souvenir.

Je m'approchais d'Henri, et je lui dis tout bas, pour que le reste du groupe n'entende pas :
- Dis moi, il est louche ton gars là. Il a l'air anxieux, très nerveux même. Il s'est passé quelque chose chez Miranda ?

____________________________________________
¤¤+¤
Revenir en haut Aller en bas
Tehla

avatar

Messages : 346
Date d'inscription : 14/09/2010
Age : 40
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Episode 0 - Prologue   Lun 8 Juil - 18:22

----- Tehla -----

- Euh... y a quelqu'un hein ?

(non mais allo quoi !)

____________________________________________
¤¤+¤
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Episode 0 - Prologue   

Revenir en haut Aller en bas
 
Episode 0 - Prologue
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Odyssey of Njotr :: DeadPath :: [RP] Chroniques-
Sauter vers: